thomas-strohecker | SHARK – LES CLANDESTINS DE SOLOBORE
188
page-template-default,page,page-id-188,edgt-core-1.2,ajax_fade,page_not_loaded,,vigor-ver-1.11, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,vertical_menu_background_opacity, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,fade_push_text_right,transparent_content,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

SHARK – LES CLANDESTINS DE SOLOBORE

Couverture - Les Clandestins de Solobore
Couverture - Les Clandestins de Solobore

« Bienvenue sur Abléah, un monde peuplé par les dôgens, êtres mi-hommes mi-animaux.

L’aventure que vous allez suivre se passe durant l’an 151 du Quatrième Âge de leur Histoire marquée par la révolution industrielle du Xion, essence immatérielle que certains dôgens -appelés Xionomanciens- ont réussi à dompter afin d’apporter une source illimitée d’énergie.

Mais, de nombreuses nations dépourvues d’une telle technologie convoite le Xion, et notre héros Shark sera pris malgré lui dans un conflit pour se procurer cette formidable source d’énergie. « 

 

Shark est un personnage m’ayant suivi ma vie entière, fidèle compagnon de route et d’imagination où je me plaisais à le faire interagir avec mes héros et univers favoris. Au fil du temps, j’ai façonné l’univers de Shark calqué sur mes voyages, mes expériences cinématographiques et vidéoludiques.
Ce projet ambitieux destiné à la publication a débuté en été 2016 est dessiné à la main puis colorisé via ordinateur.

L’action de la bd se déroule dans le monde fictif d’Abléah.
BD complète et envoyée pour publication

L’origine de l’histoire commence le plus souvent par quelques croquis de personnages. Une fois les grandes lignes du scénario mis sur papier, l’étape du storyboard peut commencer. Une planche A3 pliée en deux fait office de simulation de page, on peut dès lors penser déjà à la mise en page et à la dynamique des cases.

Vient ensuite l’encrage, où toutes les planches sont d’abord dessinées au crayon, puis encré en format A3. Si le résultat est satisfaisant, il est alors scanné pour être retravaillé par informatique (le progrès !).

Avec PhotoShop, on gomme les erreurs, on contraste les traits si nécessaire et la page est maintenant transférée sur le logiciel Corel Painter pour être colorisée. Suite à quoi, la planche passe par le logiciel Manga Studio pour le tramage, les bulles de dialogues. Je m’inspire beaucoup du manga, surtout pour la dynamique de l’action.

Et finalement, on met en page avec InDesign, reliquat de mes années de design, pour créer un pdf qui finira idéalement par séduire une maison de publication.
Longue et fastidieuse, cette aventure de Shark !

Du croquis à la planche finalisée