thomas-strohecker | Les Jardins Suspendus
61
page-template-default,page,page-id-61,edgt-core-1.2,ajax_fade,page_not_loaded,,vigor-ver-1.11, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,vertical_menu_background_opacity, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,fade_push_text_right,transparent_content,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Les Jardins Suspendus

Projet de fin d’étude en Master Design Global, Recherches & Innovations. Novembre 2015.

Afin de démocratiser les pratiques d’agriculture en milieu urbain, le projet tend vers un espace à la fois commercial et démonstratif. Il s’agit de créer un lieu mettant en scènes par le design différentes pratiques de cultures possibles en ville.

Amener dans un espace un existant un corps étranger venant se greffer, se propager en son sein. Cet élément parasite, ce symbiote (car il peut s’agir plus d’une coexistence de ces deux milieux plus qu’un rapport de force), amènera une nouvelle fonction à l’espace et contrastera visuellement avec son environnement.

Dans l’objectif de présenter un vaste horizon de techniques de cultures sol et hors-sol, le lieu se doit de proposer au moins un type de culture comprenant parmi l’hydroponie, l’aéroponie, l’aquaponie et l’usage du gaia soil (un substitut de terre, plus léger, utilisé notamment pour les toits végétaux).

À l’espace de cultures s’ajoute une zone informative et pédagogique pour permettre d’appréhender l’agriculture par l’application et l’apprentissage. Vient finalement un espace de vente des produits issus des récoltes comprenant à la fois étalages et caisses.

Le projet interroge de nouvelles frontières en mêlant l’espace de vente, de culture et de circulation au sein d’un lieu commun. Les cultures, elles, prennent ap- puie tant sur l’existant que sur ses gre es et servent à les lier entre eux.

Le lieu propose un cycle, une voie guidant les citadins à travers les champs et cultures -pouvant ainsi constater les di érentes méthodes employées dans ce milieu- pour se diriger ensuite vers une zone pédagogique permettant d’initier les visiteurs aux pratiques d’agriculture. Enfin, le chemin du retour passe par les étalages, produits cultivés à même l’espace et disponibles à la vente comme ultime exemple démonstratif des capacités de l’agricultu- re urbaine.